Un vote de défiance qui ne résulte pas que d’un coup de tête (quoique, pour l’ex conseiller à la culture… !)

Pour la  5ème  fois de la mandature, notre maire Jérôme MABILLE, n’a pu réunir autour de lui, mercredi 17/12, un nombre suffisant de conseillers de sa majorité afin que puisse légalement siéger le Conseil Municipal. L’équipe municipale est épuisée et nous ne sommes qu’à mi-mandat !

L’ordre du jour fut donc repoussé à une seconde séance convoquée le mardi 19/12.

Le projet de délibération définissant le périmètre de délégation appelé par le Conseil envisageait d’octroyer au maire le pouvoir d’engager seul des marchés de plus de 5M€ HT.

Rappelons à cet égard, pour fixer les choses, que fixer un tel seuil de signature sans contrôle préalable consisterait à donner à Monsieur Mabille par sa seule signature  le pouvoir d’engager la commune pour un montant qui représente une année des dépenses de fonctionnement  de notre commune !

Notre maire en fonction a déjà commis des abus de droit en la matière mais qu’à cela ne tienne ! Il suffit de relever le seuil au-delà de tout entendement pour que disparaissent  tout risque de dépassement !

Le raisonnement (?) municipal est : « Ce virage est signalé dangereux. Enlevons le panneau et il n’y aura plus de danger ! ». Quand on connait l’aptitude du maire à transgresser la légalité on ne peut qu’être effrayé par un tel projet de délibération ! C’est jouer à la roulette russe avec 5 balles dans le barillet !

On est même surpris qu’il se soit trouvé des conseillers béni oui-oui de la majorité municipale pour valider ce délire municipal !

Fort heureusement ce projet fut repoussé par une majorité de 15 voix : composée des 10 voix de l’opposition auxquelles se sont rajoutées 5 voix issues de l’(ex) majorité.

Mme HANNION ex adjointe aux finances, s’opposant à la délibération motiva sa position de frondeuse par le peu de concertation qui régnait au sein de la Municipalité Mabille. Il est des révélations tardives rédemptrices.

Il est aussi des attitudes qui ne relèvent que de la vengeance. Dans cette rubrique signalons l’attitude nouvellement rebelle de l’ex-conseiller à la culture, depuis peu déchargé par notre maire de cette noble fonction sur un coup de tête. En l’occurrence il s’agissait de la tête ensanglantée d’un élu de l’opposition ! La justice vient de condamner l’agresseur pour coups et blessures mais court toujours  celui qui, depuis son élection, a alimenté le climat délétère qui sévit au Conseil ! Il paraitrait même qu’il préside encore cette instance mais pour combien de temps encore ?