Croix bleue3

La carence en médecins généralistes résulte pour bonne part de l'option malthusienne prise par les gouvernements néo-libéraux qui se sont succédé depuis plus de 20 ans dans notre pays. La logique alors dominante était : " pour réduire la part croissante des dépenses de santé dans le Produit Intérieur Brut (PIB), réduisons le nombre de médecins ; ainsi sera réduite le nombre d'actes médicaux et, dès lors, leur coût ". Et c'est ainsi que fut adopté le "numerus clausus" contingentant le nombre annuel de praticiens.

Notre commune, comme toutes celles du sud seine-et-marnais, paie aujourd'hui les choix opérés et subit la désertification médicale. 

La création d'entités médicales sous l'égide de collectivités territoriales constitue la réponse la plus fréquemment trouvée (Samois, Champagne en forme chacune une proche et récente illustration). Une concurrence sauvage s'exerce alors entre collectivités pour attirer de jeunes médecins. 

L'Agence Régionale de Santé (ARS) qui régule (ou essaie) de corriger les effets du marché estime que BLR, au regard de la taille de sa population devrait idéalement accueillir 4 ou 5 médecins généralistes. Il ne nous en reste que 2 installés sur le territoire communal.

Un projet bacot de création d'une maison médicale, déjà ancien au regard de l'acuité du problème, existe. De l'ex communauté de communes, la commune a en effet " hérité " un terrain sis rue des Sesçois destiné à accueillir ce pôle local de santé. Nos élus ont, en leur temps, soutenu le portage foncier communal visant à déboucher sur l'édification de cette structure.

Dans ce cadre un regroupement de professionnels de santé s'est localement constitué. Interrogés quant à nos intentions vis à vis de leur projet requérrant à ce stade l'intervention d'un promoteur privé, nous avons émis la réponse ci-dessous :

REPONSE_AUX_PROFESSIONNELS_DE_SANTE