04 mai 2015

diaporama budgetaire

pour voir le diaporama cliquez sur ce lien

diaporama_budget_AVABLR

03 mai 2015

Censure en conseil de notre diaporama budgétaire

Finances : notre diaporama censuré lors du dernier conseil municipal.  

Avec ce sens si particulier de l'humour qui le caractérise, M. le Maire n’a pas accepté que nous présentions notre propre diaporama budgétaire.

Ce diaporama entrait pourtant, nous semble t-il, dans le cadre du débat précédant l'adoption des comptes 2014 et du budget 2015 puisqu’il avait vocation à présenter une autre vision des finances locales que celle diffusée par la majorité municipale par un diaporama quant à lui évidemment autorisé !

Notons quand même que le Maire (c'est un grand démocrate !) daignait nous donner un temps de parole APRES le vote. Bien entendu, nous avons refusé de nous prêter à ce qui ne constitue pas même un simulacre de démocratie mais en est un déni pur et simple.

Afin alimenter votre réflexion sur les finances de la Ville, voici le contenu du diaporama.

cliquez sur ce lien: diaporama_budget_AVABLR

N'hésitez pas à le diffuser autour de vous.

 Nous le présenterons VENDREDI 12 JUIN au clos St Pierre dans le cadre d'une réunion publique portant sur la démocratie locale et les projets en cours (si la Municipalité accepte d'ici là de nous confier les clefs de la salle !).

 Nous restons à votre disposition. N'hésitez à nous interroger sur tout sujet municipal et à nous transmettre toute information locale susceptible d'être portée au Conseil.

 Nous appelons plus que jamais les bacots à la vigilance démocratique et à assister aux séances du conseil.

 

 

25 mars 2015

intervention de nos élus lors du Débat d'Orientation Budgétaire au conseil municipal du 16 mars 2015

En 2014, le niveau d'épargne brut est en augmentation par rapport à 2013

Si on devait financièrement dessiner BLR depuis 2006 voici ce que cela donnerait  (voir schémas en cliquant sur le lien ci-dessous)

graphe_de_d_termination_de_l__pargne_brute

  2014 : le niveau d’épargne brut est en augmentation par rapport à 2013 cela signifie que le différentiel entre les recettes réelles et les dépenses réelles ne cesse de s’accroitre et comme vous pouvez le constater les 2 droites ne cessent de s’écarter comme le confirme la pente  de leur courbe de tendance respective.

BLR génère d’année en année un excédent de fonctionnement qui oscille entre 900 k€ et 1000 K€, en 2014 il est de 984 K€ et cela malgré un contexte peu favorable :

1.   Erosion des dotations

2.   La revalorisation des bases fiscales n’a jamais été aussi basse, c’est-à-dire que les recettes fiscales n’ont pas été boostées par la revalorisation des bases fiscales. (0.9%).

Il nous est précisé que la baisse des dotations va mettre en péril l’équilibre financier de  la commune.

Il n’en n’est rien : la baisse de la dotation forfaitaire correspond en 2014 à 0.85% de l’ensemble des recettes et 2.5% en 2015 (pour rappel la dotation forfaitaire représente 11% de l’ensemble des recettes réelles de BLR)

 Voici rapidement brossé le descriptif du fonctionnement et de son excédent structurel ; passons maintenant à l’investissement.

Constat de la situation atypique de BLR : un solde des recettes/dépenses réelles d’investissement positif de 135 000 euros au 31/12/2014.

Le solde de la section d’investissement est en principe négatif et il est couvert par l’excédent de fonctionnement, c’est-à-dire l’autofinancement et, de manière résiduelle par l’emprunt. Pourquoi cette anomalie de situation à Bois le roi ? Ceci pourrait provenir de 3 explications :

  • pas d’investissement à la hauteur de ce que l’on pourrait faire (et que l’on devrait faire au regard ce que réclament les bacots) ;
  • de la présence d’un emprunt sans motif (càd sans dépenses correspondantes) ;
  • de subvention d’investissement reçues sans investissement réalisés correspondants.

 Cela n’arrive jamais me direz-vous ? A BLR les trois explications sont pourtant concurremment à retenir :

  • pas d’investissement puisque la municipalité précédente veut préserver le projet « médiathèque » et y consacre toutes ses ressources
  • un emprunt non motivé (c’est-à-dire qui n’a financé aucun projet) de 1 millions d’euros qui va coûter cher aux bacots (coût total des intérêts d’emprunt : 362 000 €)
  • une subvention de la DRAC de 450 000 euros qui n’a pas été utilisée et que nous allons devoir redonner à la DRAC

Le fonds de roulement c’est-à-dire le niveau de recettes permanentes est passé de 1 072 000 € à fin 2007 à 3 546 000 € à fin 2014 soit, « excusez du peu ! », l’équivalent de :

  • plus 8 de mois de dépenses de fonctionnement (on pourrait se passer de toutes recettes de fonctionnement pendant 8 mois et continuer d'assumer notre train de vie)
  • plus d'une année de fiscalité TH + TF

Tout ceci explique que nous avons bien de la chance d’être à BLR car notre commune dispose des moyens nécessaires pour financer ses projets et qu’heureusement la baisse de la dotation forfaitaire l’impactera peu.

Donc halte aux interventions anxiogènes s’il vous plait mais recensons plutôt les motifs d’être optimiste et ambitieux pour l’avenir. L’avenir quel sera-t-il à BLR ? C’est justement le propos du DOB qui nous est présenté ce soir par Monsieur le Maire.

 Nous devrions avoir un plan pluriannuel d’investissement or nous n’avons qu’un catalogue de mesures. Certes la présentation est meilleure que sous l’ancienne mandature : une déclinaison thématique et, par moment, la prise en compte de la situation financière de BLR mais, je le répète, toujours  pas de plan pluriannuel d’investissements (PPI).

Le PPI est une projection sur la mandature qui cerne les projets, leur coût respectif, leur financement, leur articulation dans le temps en les déclinant annuellement :

  • par thèmes
  • en distinguant l’exceptionnel (les opérations ponctuelles) du récurrent
  • en estimant les recettes et les dépenses d’investissement :
    • Subventions d’investissements
    • FCTVA
    • cessions
    • et résiduellement les emprunts

Ce PPI s’intégrerait alors dans une Prospective, portant sur la même période,  qui en estimant également l’évolution annuelle de la section de fonctionnement en déterminerait l’excédent de fonctionnement et l’autofinancement induit.

La Prospective tracerait ainsi, sur la durée complète de la mandature, l’esquisse des équilibres budgétaires requis par le programme municipal. Chaque année alors le débat d’orientation budgétaire serait le moment où en transparence et de manière partagée et collective, serait recadré le PPI, seraient mesurés, identifiés les écarts, et que seraient réactualisé les projets de la mandature. Le DOB, serait dès lors un moment privilégié durant lequel vous nous présenteriez un document collectif, évolutif, à partager avec l’ensemble du conseil et qui répondrait alors à 2 questions essentielles :

1/ quel est le niveau d’autofinancement nécessaire et donc de dépenses et de recettes de fonctionnement requis pour assumer la totalité du PPI en conservant, au terme de la mandature, des fondamentaux budgétaires sains ?

2/ quelle est la vision que vous avez de BLR à la fin d’une mandature, de 2 voire plus puisque nos choix engagent l’avenir ?

 

Et là, quand nous abordons votre projet, Monsieur le Maire nous ne parcourons qu’un catalogue dans lequel nous constatons et déplorons des manques criants.

 1/ Social : RIEN.

Ce n’est pas parce que le CCAS est l’instrument de la politique sociale que vous devez vous absoudre d’aborder le sujet dans le DOB de ce soir. Or,

  • nous avons besoin d’évaluer les besoins dans ce domaine et de ne pas cantonner l’action sociale à « cautériser les plaies »
  • rien n’est fait en faveur du logement social alors que BLR n’a que 22 logements sociaux. Comment font nos enfants ou ceux des autres pour habiter BLR.  Relancer les bailleurs sociaux, étudier la possibilité d’études d ‘un éco quartier sont des possibilités à étudier.

 2/ La petite enfance : pas grand-chose

Vous reprenez des projets déjà envisagées lors de l’ancienne mandature mais là encore il faut lancer une étude prospective permettant d’identifier les besoins, connaitre précisément les refus, donner au RAM toute sa place.

 3/   La jeunesse : RIEN non plus

  • rien sur l’accompagnement des 12-17 ans
  • envisager peut-être un local dédié, un animateur dédié à BLR ou en intercommunalité. Tout reste à faire sur le sujet car aujourd’hui seul le collège prend les initiatives ;

4/  Activités culturelles et sportives

  • l’école multisports : RIEN
  • la médiathèque : à sa place vous proposez une bibliothèque + études mais est-ce sérieux de redemander une étude alors que de nombreuses études projets ont déjà été faites en concertation avec les associations ? Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain !  Et je rappelle à ce propos qu’au moment du vote, la médiathèque avait été adoptée à l’unanimité y compris par votre liste, celle alors de Monsieur PEIGNEN.

5/ La valorisation de l’environnement :

  • Le développement durable n’est pas inscrit une seule fois alors que certains de vos conseillers dont Monsieur Henri avaient expliqué leur participation à cette liste parce que justement ce sujet allait y être traité
  • Plan de circulation/réfection de la chaussée/problématique de la gare/parking des voitures/ tout est lié mais cela n’apparait pas dans votre projet.

C’est justement un contresens : comment envisager en effet de refaire chaussées et trottoirs sans envisager un plan de circulation préalable qui dessinera la configuration des routes et intégrera la circulation douce ?

Les choix que vous faites ne sont pas compréhensibles : toutes les rues restent pratiquement à refaire à des degrés +/- prononcés et vous décidez d’envisager la réfection de certaines qui ne semblent pas impraticables alors que d’autres le sont et pourtant ne figurent pas dans votre liste.

 Envisagez, estimez la dépense totale, lâchez-vous et proposez aux bacots dans le cadre d’une large concertation une programmation qui leur permettra de constater que leurs demandes sont prises en compte puis ensuite planifiez ! Sachant que le prix au m2 est connu, l’investissement est donc parfaitement quantifiable dans un PPI lui-même à débattre dans un DOB.

 6/ L’emploi

A l’époque où chaque commune de Seine et Marne se doit de rechercher des solutions pour fixer les habitants près de chez eux dans leur espace de vie d’une part et participer à la recherche d’emploi d’autre part, le sujet du télétravail n’est même pas abordé.

Des initiatives – que nous avions soutenues à l’époque – avaient été lancées durant la précédente mandature et là nous n’avons plus rien.

 7/ La sécurité

Nous avons eu une augmentation limitée des effectifs de police municipale de + 1 équivalent temps plein au lieu du doublement des effectifs annoncé durant votre campagne. Vous projetez visiblement de mettre à la place  un système de la vidéo-surveillance mais sous quelle forme : reliée à un poste de surveillance ou non ? Nous restons sceptiques sur les résultats réellement obtenus grâce à la télésurveillance qui demeure un système très facilement contournable.